Interview de Claire Gerald

Voici une interview de la jeune cavalière Claire Gerald!

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour les personnes qui ne vous connaîtraient pas encore?
« Je m’appelle Claire GERALD, j’ai 26 ans, je suis étudiante en droit ; je monte à cheval depuis mes 8/9 ans, aujourd’hui je suis cavalière de dressage et j’ai réellement découvert le monde des courses il y a presque un an maintenant. J’avais toujours rêvé de monter des pur sangs, et ce rêve est devenu réalité en juin dernier grâce à mon ami vétérinaire qui m’a présenté Daniel Allard, qui m’a fait monter à l’entrainement et qui continue aujourd’hui. » 

Ce n’est pas trop dur de gérer études et équitation?
 » Non, j’ai la chance de pouvoir compter sur mon ami et mes parents pour ne pas avoir à travailler en plus de mes études, ce qui m’a toujours permis de pouvoir quasiment monter tous les jours depuis l’obtention de mon bac. Bien que les études aient toujours eu une place très importante pour moi, les chevaux ne sont jamais passés après (et même plutôt avant !), et j’ai toujours réussi à m’organiser pour pouvoir monter très souvent. Cette année est un peu plus compliquée donc je ne monte à l’entrainement que le samedi, et dès que j’ai une matinée de libre ; mais je « dresse » environ 3 fois par semaine en plus des pur sangs. »

Est-ce que vous voudriez arrêter le droit et vous engager pleinement dans le monde des chevaux?
« Non, après avoir interrompu mes études pendant un an et demi justement pour travailler dans les chevaux (chez un marchand), j’ai pu constater que c’est un métier, certes passionnant , mais très difficile, surtout physiquement. Il est de plus particulièrement dur de bien y gagner sa vie.. je souhaite désormais garder l’équitation comme une passion. L’idéal serait de réussir à trouver un travail me laissant suffisamment de temps pour continuer de beaucoup monter. » 

Comment vous est venue cette passion pour les chevaux?
« Aucune idée ! Mes parents ne montent pas du tout à cheval, et je suis d’ailleurs la seule de la famille à avoir attraper ce virus ! J’ai toujours beaucoup aimé les animaux, et je n’ai jamais eu de grand engouement pour les « sports de filles » tels que la gym ou la danse…. Je me souviens juste être arrivée au centre équestre pour ma première séance de poney, et ne plus avoir quitté les chevaux depuis ! »

Vous avez des modèles dans le milieu?
« Malheureusement, je ne connais pas encore suffisamment le milieu pour réellement pouvoir connaitre et apprécier les qualités des différents professionnels…cela ne m’empêche toutefois pas d’admirer l’ensemble des passionnés qui composent le monde des courses, que ce soient les cavaliers d’entrainement qui travaillent dans l’ombre, les entraineurs qui peuvent déceler les qualités d’un cheval en un coup d’oeil et parvenir à en faire de véritables athlètes, les jockeys qui maintiennent leur poids toute l’année et montent plusieurs courses par jour en supportant la pression et les risques de leur discipline, les turfistes qui permettent de faire « vivre » ce milieu, ou encore les propriétaires qui investissent énormément en espérant, un jour, pouvoir admirer leurs couleurs au plus haut niveau. Devenir cavalière m’a également permis de faire de magnifiques rencontres : Daniel Allard tout d’abord, ainsi que toute son équipe, qui me fait monter à l’entrainement dès que je le souhaite en essayant toujours de me faire progresser, Barbara Guenet, ma maraine, excellente cavalière notamment en obstacles qui me permet de rêver à une éventuelle victoire en admirant les siennes et qui m’a apporté tout le soutien nécessaire lors de ma première course, Mme Head Maarek chez qui j’ai eu la chance de monter deux matinées lors du stage d’obtention de ma licence, qui est une femme d’une gentillesse et d’un talent incroyable et enfin, si je devais avoir un unique modèle, ce serait Olivier Pellier dont la monte est à la fois esthétique et efficace. « 

 Avez-vous d’autres passions ou hobbies?
« Les chevaux ne laissent malheureusement pas de place à une seconde passion, d’autant plus que je suis quelqu’un qui aime faire les choses « à fond ». Toutefois, cela ne m’empêche pas d’apprécier d’autres activités telles que la cuisine, la photographie et, bien sur, le droit. » 

Quels sont vous objectifs pour cette année?
 » Monter en course ! Ma première course sur l’hippodrome de Moulins a confirmé, et même développer mon envie de monter et ce, malgré le fait que je ne sois pas une grande compétitrice dans l’âme. C’était un moment formidable bien que ma performance ait été médiocre, et d’une certaine façon, un aboutissement de tout le travail effectué le matin depuis presque un an. Le chemin est encore long avant de pouvoir monter correctement en course, mais cela m’a permis de voir où j’en étais, de connaitre les (nombreux!) points à travailler à l’entrainement, et de me rendre compte que la réalité est bien plus compliquée de ce qu’on peut imaginer en regardant les courses, tranquillement assis dans son canapé ! »

Un dernier mot pour ceux qui vous liront?
« Un GRAND MERCI ! à vous tout d’abord, pour l’interêt que vous portez aux courses et aux cavalières, mais aussi à Daniel Allard et son propriétaire, M. Bakir, qui m’ont permis de monter ma première course, un mois seulement après l’obtention de ma licence de cavalière, à toute son équipe, pour leur accueil, leur soutien, leur bonne humeur et leurs nombreux conseils, et enfin à Bizertin, pour sa gentillesse pendant tout le déroulement de la course ! c’est un rêve qui se réalise grâce à eux. Merci… « 

Merci à vous Claire!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*