Interview de Mirco Demuro

Première interview de l’année: celle du crack jockey italien Mirco Demuro!

Peux-tu te présenter et nous expliquer ton parcours?
« Je m’appelle Mirco Demuro, j’ai 34 ans, et je suis né à Rome le 11 janvier 1979. J’ai commencé à être jockey à l’âge de 15 ans et demi, en 1994, pour une petite écurie italienne, l’écurie Giuseppe Ilardi, qui était assistant de François Boutin en France. J’ai rapidement commencé à faire le tour du monde. J’ai monté pour la première fois en France pour l’écurie de David Smaga, j’avais 17 ans. J’ai travaillé pour l’écurie de Luca Cumani lorsque j’avais 18 ans. A 19 ans, je suis allé pour la première fois au Japon. Ensuite, je suis parti pour l’Amérique un hiver, en Californie, où j’ai monté pour Richard Mandela, Boby Frankel et Patrick Biancone. »

Quel regard portes-tu sur ta carrière?
« Je suis très content, et je dois dire que j’ai réalisé bien plus que ce que je pensais possible! J’ai gagné la course la plus importante au monde, la Dubaï World Cup, mais aussi la Japan Cup, le Prix d’Astarte en France, le Derby d’Italie deux fois et le Derby d’Espagne. Je suis très content de ma carrière. Aujourd’hui, je  travaille en France, parce que le hippisme italien est au plus mal, et que le hippisme français est le meilleur d’Europe! J’ai essayé de monter en Angleterre, mais je dois dire que ça ne m’a pas trop plu… C’est très difficile, très sévère, le temps est mauvais, la nourriture pas très bonne, et les entraîneurs, mis à part quelques uns, ne sont pas des plus accueillants, j’ai donc très peu de chances de monter de bons chevaux… En France, tout va bien, je commence la saison, les entraîneurs me connaissent, et j’espère faire de mon mieux! »

Quels sont les jockeys que tu admires le plus?
« J’admire énormément Jerry Bailey, un jockey américain. Cash Asmussen est une de mes idoles! Frankie Dettori est pour moi un des meilleurs du moment, tout comme Olivier Peslier. Et j’admire aussi Yutaka Take, un jockey japonais. »

Pourquoi avoir choisi de monter en France, y a-t-il une autre raison que celle des mauvaises conditions de courses en Italie?
« Je dirais que le hippisme italien allait encore bien il y a 5 ans environ. Mais durant ces 5 dernières années, les courses ont été très mal organisées, et donc tous les bons propriétaires sont partis. Les grands propriétaires font tous courir leurs chevaux ailleurs… Tout le gouvernement italien va dans le mauvais sens…
Les courses françaises sont très difficiles, très compétitives! Mais je pense que plus les courses sont difficiles, plus les victoires sont méritées, alors tout va bien! »

As-tu d’autres passions en dehors des courses?
« Pas trop…  C’est surtout les courses, ça me prend beaucoup de temps. Je suis allé au Japon, à Dubaï,… il ne reste plus beaucoup de temps pour les loisirs. Mais ça me plaît toujours de voir une belle partie de football! Le problème c’est qu’il y a trop de matchs en Italie, il y en a tous les jours, alors je ne regarde que les parties intéressantes! Sinon, je joue un peu au golf, mais ce n’est pas ce qui me passionne le plus! »

Un dernier mot?
« J’espère faire de mon mieux en France, et je remercie toutes les personnes qui me soutiennent en ce moment! »

 

Grazie Mirco!

Retrouvez la version audio en italien de l’interview sur Youtube!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*