Interview de Filip Minarik

Voilà l’interview du jockey tchèque Filip Minarik…

Pourriez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours?
« Je m’appelle Filip Minarik, je suis né en République Tchèque en 1975. Mon père était un grand jockey, il a été trois fois meilleur jockey de République Tchèque, puis il est devenu entraîneur. On peut dire que je suis né dans une écurie! Devenir jockey était mon plus grand rêve, je n’ai jamais voulu faire autre chose, et aujourd’hui je vis mon rêve! En 1996, je suis parti trois mois en France, pour être apprenti chez Tony Clout, ça m’a ouvert les yeux. Je suis revenu en République Tchèque, et je ne voulais pas y rester, je suis aussitôt reparti pour monter en Allemagne. J’y suis resté 16 ans et j’ai été deux fois Cravache d’Or là-bas, j’y ai gagné sept Groupe I. Mais pour moi, les courses française sont les meilleures d’Europe! C’est pourquoi j’y suis revenu. »

Avez-vous été monté dans d’autres pays que l’Allemagne et la France?
« J’habite à Cologne, en Allemagne, mais je monte partout. S’il faut aller en Suisse, en Belgique, ou en France dans la semaine, j’y vais! Les courses en Allemagne sont le week-end, je peux donc monter partout en semaine en tant que jockey free-lance. »

Avez-vous des objectifs pour cette année et sur un terme plus long?
« Cela fait déjà 16 ans que je suis en Allemagne, et la qualité des courses baisse de plus en plus. A l’inverse, les courses françaises deviennent de plus en plus importantes, France Galop fait un très bon travail! Mon rêve serait de déménager en France, pourquoi pas l’an prochain! C’est certain que je ne serais pas un champion, je ne montrais peut-être pas dans les grands hippodromes parisiens, mais même dans les hippodromes secondaires, les courses sont d’un niveau plus élevé qu’en Allemagne. Il y a de meilleurs entraîneurs, de meilleurs chevaux, de meilleurs jockeys et de meilleures pistes! »

Il y a eu des chevaux importants pour vous?
« Bien sûr! J’ai travaillé 13 ans avec Peter Schiergen, et j’ai monté Danedream quand elle avait deux ans avant sa vente. Elle devait être vendue pour 10 milles euros et a en réalité été vendue pour 9 milles euros. Cependant, elle n’est pas partie de l’écurie, j’ai suivi sa carrière de près, et je l’ai même montée dans un Groupe à Baden-Baden, et une Listed à Cologne! Elle est l’un des meilleurs chevaux du monde, c’est en elle! »

Un dernier mot pour les lecteurs?
« Ils doivent être heureux que France Galop soit si professionnel et si appliqué. Il est certain que les courses aux Japon et à Hong Kong sont de très belles courses, mais les courses françaises sont les meilleures d’Europe! Et le niveau continue de monter! Ils doivent être fiers de cela! »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*