Interview d’Alexis Badel

Voilà l’interview du jeune jockey Alexis Badel…

Pourriez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours?
« Je m’appelle Alexis Badel, j’ai suivi la formation classique des jockeys puisque je suis rentré à l’école du Moulin à Vent à l’âge de 15 ans. J’y ai fait une année et je me suis vu attribué André Fabre comme maître d’apprentissage. J’y ai passé quelques années et je suis ensuite devenu jockey free-lance. Je suis aujourd’hui aux alentours de 300 victoires pour 7-8 ans à monter en course! »

Comment vous est venue l’idée de travailler dans le milieu des courses?
« C’est très simple, je suis issu d’une famille du milieu. Ma mère, Myriam Bollack est entraîneur de chevaux de courses, et mon père, Alain Badel, a fait une longue carrière de jockey. J’ai d’autant plus un gabarit parfait pour ce métier donc la question ne s’est jamais vraiment posée! »

Vous êtes jeune, et déjà parmi les meilleurs, comment vivez-vous votre succès?
« Ça se passe plutôt bien! J’ai été baigné dans ce milieu depuis toujours, ça m’est familier, je n’ai pas de mauvaise surprise sur ce point-là. C’est un métier qui demande de la rigueur, du travail et des qualités de cavalier assez innées je pense. »

Il y a eu des modèles, des gens importants dans votre carrière?
« En ce qui concerne les modèles, je vais citer les principaux, qui sont les jockeys vedettes des générations précédentes: Christophe Soumillon, Olivier Peslier, Thierry Thulliez que j’apprécie beaucoup, Stéphane Pasquier qui est très énergique,… J’essaye de m’inspirer de tous et de m’approprier les qualités de chacun. »

Il y a également eu des chevaux importants j’imagine?
« Oui, il y a eu beaucoup de chevaux! Je me rappelle essentiellement de mes chevaux de Quintés puisque j’en ai gagné plusieurs à l’âge de 16 ans. Ce sont des chevaux dont on se rappelle toute sa carrière, ils marquent un peu plus profondément que les victoires qui suivent. Après, il y a évidemment les victoires au niveau classique. Je n’ai pas encore eu la chance de remporter un Groupe, mais j’ai gagné un certain nombre de Listed Races, qui sont de très bons souvenirs, pas mal de Quintés, de supers-Quintés, qui sont des événements phares le jour des belles courses. Ce sont des souvenirs très agréables. On sait que ce sont les chevaux qui font les jockeys, je profite donc pleinement des bons chevaux auxquels je suis associé. »

Quels sont vos objectifs pour cette année puis sur un terme plus long?
« Mon objectif est avant tout la régularité. J’essaye de faire un certain nombre de gagnants, de dépasser mon score chaque année. J’affiche une cinquantaine de gagnants par an. Après la perte de ma décharge j’ai vécu une mauvaise passe, mais maintenant je remonte la pente de manière régulière. »

Avez-vous d’autres activités ou passions en dehors des courses?
« J’aime beaucoup l’art, je passe autant de temps que possible à Paris. Je m’intéresse à beaucoup de choses, je suis assez ouvert. Je pratique aussi pas mal de sports. Mais le métier de jockey laisse peu de temps libre… »

Un dernier mot pour les lecteurs?
« Le travail finira par payer! J’ai un bon agent, un bon entourage, je compte vraiment avoir accès aux belles marches du podium dans les années qui suivent! »

 

Merci Alexis!!

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

2 thoughts on “Interview d’Alexis Badel

  1. BONJOUR JE SUIS UN ASSIDU DES COURSES DEPUIS 1 AN ET J’ESSAYE DE TE METTRE DANS MES PRONOS COMME A LA COURSE 8 A CHANTILLY LE 1/6/2014
    ET TU M’AS FAIT GAGNER LES COUPLES ET J’EN AVAIS BESOIN MAIS J’AI CRU QUE
    SOUMILLON ALLER GAGNER ET TOI 2 EME ET TU GAGNE A 18/1 MERCI A TOI FREDDY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*