Interview de David Cottin

Voici l’interview de David Cottin, triple Cravache d’Or en obstacle…

Pourriez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours?
« Je suis le fils de l’entraîneur Philippe Cottin et neveu de Philippe Peltier. Je n’ai pas pu faire autrement que d’être baigné dans les courses. J’ai commencé à monter en tant qu’amateur pendant deux ans, j’ai été deux fois Cravache d’Or. J’ai pris ma licence de jockey au 1° janvier 2008, cette année-là j’ai été Cravache d’Argent, et j’ai gagné mon premier Groupe I. Tout s’est enchaîné très vite, l’année suivante et celle d’après, j’ai été Cravache d’Or. Il y a eu un petit temps mort, mais l’année dernière j’ai décroché la Cravache d’Or une nouvelle fois! Aujourd’hui j’approche les 500 victoires, à 23 ans c’est pas mal! »

Vous êtes grand, ce n’est pas toujours trop difficile de faire le bon poids?
« Le poids c’est dur tous les jours, il faut y faire attention, courir chaque jour. J’essaye de le maintenir et c’est vrai qu’en ayant près de 500 montes par an c’est plus facile. De même, monter des chevaux de Groupe I tous les ans, c’est motivant! »

Il y a eu des modèles, des gens importants dans votre carrière?
« Mon père, il m’a tout appris! Il m’a appris ce qu’était la vie, il a été là dans les moments difficiles mais aussi les plus agréables. Quand j’ai commencé à gagner, il a été là pour me remettre les pieds sur terre. Je dois beaucoup à mon père! Au début de ma carrière, Guillaume Macaire m’a mis sur le devant de la scène, j’ai pu monter des champions, connaître l’hippodrome d’Auteuil par coeur avec de bons chevaux, il m’a expliqué beaucoup de choses! J’ai aussi eu la confiance de beaucoup d’entraîneurs, de propriétaires comme mon cousin, François Cottin, mais aussi monsieur Sénéchal, monsieur Papot. Ce sont de gros propriétaires qui investissent beaucoup et qui m’ont fait confiance, depuis le début de ma carrière ils m’ont toujours fait monter! »

Il y a également eu des chevaux importants j’imagine?
« Mon premier Groupe I, Long Run, il restera mon premier champion! J’ai monté de très bons chevaux. Rubi Ball est l’un de mes meilleurs chevaux, et le dernier c’est Gemix, lui aussi un grand champion. J’ai eu la chance de monter des cracks tout au long de ma carrière, tous les ans à peu près, j’ai toujours eu un crack pour me motiver, ce sont ces chevaux-là qui me maintiennent! »

Vous avez des objectifs pour cette année puis sur un terme plus long?
« L’objectif de l’année c’était de gagner le Grand Steeple de Paris, j’ai été battu de peu, mais je vais essayer d’aller chercher une quatrième Cravache d’Or. Il faut se donner des objectifs et je pense que c’en est un beau, quand on est tenant du titre, on n’a pas envie de le céder! »

Vous avez des passions, activités en dehors des courses?
« Non, quand ce ne sont pas les courses, c’est le poids… Quand je peux prendre deux-trois jours, j’en profite pour voir des amis. Pour l’instant je ne pense qu’aux courses, je verrai par la suite! »

Un dernier mot pour les lecteurs?
« C’est un métier de passion avant tout, il faut vraiment vivre pour ça, les chevaux demandent beaucoup de temps, il ne faut pas devenir jockey sur un coup de tête. C’est une passion à la base et quand on a la chance de vivre de cette passion, c’est magnifique! »

 

Merci David!!

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*