Interview de Dylan Ubeda

Pourriez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours?
« Je m’appelle Dylan Ubeda, j’ai 17 ans et je travaille chez Monsieur Rolland.J’ai tout de suite adhéré aux courses et à la vitesse. Je me suis renseigné et j’ai intégré l’AFASEC à 14 ans. Ils m’ont affecté chez Monsieur Rolland. Je suis toujours resté chez lui, il m’a fait débuter. J’ai commencé à beaucoup monter cette année. Je commence à monter un peu à l’extérieur. J’ai 3 victoires pour l’extérieur, le reste pour mon patron. Je suis à 62 montes en obstacle, 2 en plat pour 8 victoires et 22 places. C’est quand même un bon pourcentage, je n’ai pas à me plaindre! Les entraineurs me laissent la chance d’avoir de bons chevaux. »

Comment vous est venue la passion des chevaux?
« En regardant le télévision, je me suis dit que je voulais faire du cheval. J’ai commencé à monter à l’âge de 7 ans. J’adorais la vitesse, je me suis donc orienté vers les courses. »

Si vous n’aviez pas été jockey, qu’auriez-vous fait?
« Je ne sais pas… A 14 ans, on n’a pas beaucoup de choix. Je voulais être pilote d’avions de chasse, mais quand j’ai vu le niveau d’études demandé et mon niveau, j’ai préféré m’orienter vers les courses hippiques. »

Les courses d’obstacles sont réputées pour être dangereuses, la présence du danger n’est pas trop dure à supporter pour vous mais aussi votre entourage?
« Pour moi non. Je n’ai jamais connu l’arrêt, je n’ai pas eu de fracture. Je suis tombé 6 fois et me suis toujours relevé, sans avoir trop mal. Ma famille qui n’est pas du milieu des courses angoisse toujours un peu, c’est normal. »

Vous avez eu des modèles en tant que jockey?
« J’ai tout de suite aimé Jonathan Plouganou. Il est assez grand, comme moi. Je n’ai pas de problème de poids, lui oui… Mais j’adore comme il se porte sur l’obstacle, c’est un crack. Il a eu la cravache d’or l’année dernière, c’est vraiment une idole, je ne vois que par lui! J’ai la chance parler avec lui, il me donne beaucoup de conseils. J’écoute vraiment tout ce qu’il me dit. Dans mon écurie, beaucoup de jockeys sont passés monter le matin pour Monsieur Rolland. Ils m’ont tous beaucoup aidé. »

Il y a eu des chevaux qui ont compté?
« Bien sûr! Albares, ma première victoire au bout de ma quatrième monte. C’était en obstacle, je ne peux pas l’oublier. Je l’ai monté 6 fois et j’ai gagné 3 fois avec lui, 2 fois quatrième et une fois troisième. »

Vous avez des objectifs sur un terme plus ou moins long?
« Mon but c’est d’être un crack jockey, un peu comme Jonathan. Je voudrais être cravache d’or, être vraiment le jockey dont tout le monde rêve. Mais cette année, j’aimerais bien avoir 100 montes. Je ne parle pas de victoires, parce qu’on ne peut pas savoir comment sera le futur. Mais 100 montes ce serait bien! »

Vous avez des activités en dehors des courses?
« Je fais du sport: de la natation, de la course à pied. »

Un dernier mot pour les lecteurs?
« Le monde des courses est un milieu difficile, mais quand on veut, on peut. Je remercie mon entourage, à l’écurie comme à l’extérieur ainsi que Monsieur Rolland. Je remercie aussi Alexis Acker, qui a tout le temps été là pour moi, il m’a tout appris et m’apprend encore beaucoup aujourd’hui, ainsi que Monsieur Seror qui me fait beaucoup monter. »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

4 thoughts on “Interview de Dylan Ubeda

  1. Bonjour,
    Dylan je te souhaite une belle et longue carrière dans le monde du cheval tu as toujours aimé ca et on est très fier de toi . Tu as du courage et tu vas aller loin bisou tata

  2. Une première année très enrichissante. Nous sommes très fière de toi. Nous te souhaitons une longue et belle carrière. Nous t’embrassons. Tes parents.

  3. bonjour,

    moi aussi ayant été apprenti chez Mr Rolland , je peux te dire que c’est un tres grand homme de métier. je te souhaite une tres grande réussite.

    bonne chance

    Brun Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*